Mythes alimentaires

Mythes alimentaires - oeufs dans le carton

Tout le monde connaît des histoires extravagantes sur le thème de la nutrition ou de certaines circonstances. Nous allons ici faire la lumière sur un certain nombre de mythes.
Les œufs augmentent-ils réellement le taux de cholestérol ? Les fêtes sont-elles vraiment fatales pour la ligne ? Le sucre rend-il les enfants hyperactifs et dois-je pour cette raison ne plus donner du tout de friandises à mon enfant ?
Des questions que chacun d’entre nous s’est déjà posé et auxquelles nous ne nous sommes jamais donné de réponse sérieuse.

Nous présentons ici un argumentaire sur ces croyances et tirons les choses au clair.
 

Mythe : les œufs augmentent le taux de cholestérol.

Mythes alimentaires - œufs

Faux.

Les œufs sont des aliments hautement nutritifs, contenant toutes les vitamines, sauf la vitamine C, et tous les minéraux. Au niveau des besoins journaliers, un gros œuf couvre 38 % des vitamines A, 20 % des vitamines E et 30 % du fer. De plus, il présente un excellent profil d’acides gras.
En moyenne, toute personne absorbe entre 500 et 750 mg de cholestérol par jour par son alimentation. Le corps produit quotidiennement en plus entre 600 et 900 mg de cholestérol pour la formation de cellules et de voies neuronales, ainsi que pour la génération d’hormones et de vitamines D.
Un œuf contient en moyenne 200 à 300 mg de cholestérol.
Le cholestérol alimentaire n’a qu’une influence minime sur le taux de cholestérol dans le sang, comme le corps régule avec précision l’absorption, le métabolisme et l’excrétion. Si l’apport en cholestérol augmente ou se réduit de 100 mg, le taux de cholestérol sanguin ne se modifie que de 2 mg/dl de sang.
Le cholestérol des œufs a, d’une part, peu d’influence sur le taux de cholestérol sanguin en raison du mécanisme de régulation du corps et, d’autre part, il est excrété sans être digéré du fait que la lécithine de l’œuf lie le cholestérol.

C’est pourquoi, un œuf par jour n’a aucune influence sur le taux de cholestérol sanguin de personnes saines.
 

Mythe : les fêtes sont fatales pour la ligne.

Faux.

Un kilogramme de graisse alimentaire contient 9000 kcal. Un kilogramme de graisse corporelle ne stocke que 7000 kcal, comme les tissus adipeux du corps contiennent en plus de l’eau et d’autres composants cellulaires.
La dépense énergétique quotidienne moyenne se situe autour de 2000 kcal. Pour augmenter la graisse corporelle d’un kilogramme, il faudrait manger l’équivalent de 7000 kcal en plus. Cela n’est pas possible en quelques journées de fêtes seulement.

 

Voici les portions supplémentaires qui seraient nécessaires pour augmenter la graisse corporelle d’un kilogramme :
Plat
Taille de la portion
Kcal
Hot dog3 pièces990
1/2 poulet rôtienv. 250 g570
Burger, grandes pommes frites, grande limonadeenv. 800 g1025
Pizza2 pièces1820
Ravioles aux 4 fromagesenv. 125 g415
Viande d'agneauenv. 100 g450
Bière blanche1 l380
Tiramisuenv. 150 g365
Chocolat au lait entierenv. 150 g1070
Total
 7085


Mais d’où viennent alors les kilos supplémentaires indiqués par la balance ?
En plus d’un peu de graisse corporelle résultant d’un peu de bombance, il s’agit principalement de stockages d’eau. De l’eau est stockée à la suite d’une consommation de sel et d’alcool accrue. Ces stockages d’eau se normalisent d’eux-mêmes après les festivités une fois le mode d’alimentation habituel retrouvé. Et les quelques grammes de graisse emmagasinés peuvent sans problème être compensés par un peu plus d’abstinence ou un peu plus d’activité physique après les fêtes.

Mythe : le sucre rend les enfants agités.

Mythes alimentaires -  bocal de bonbons

Faux.

Cette croyance persiste depuis les années 1970, au cours desquelles des études ont été réalisées sur la consommation de sucre et l’hyperactivité. Ces études étaient cependant erronées et les résultats correspondants n’ont donc aucune validité.
Dans des études menées plus récemment, ni le médecin traitant, ni les parents, ni les enfants ne savaient s’ils faisaient partie des groupes de l’étude ayant consommé une quantité augmentée ou normale de sucre. Il a été ainsi prouvé qu’il n’y a aucun rapport entre une consommation élevée de sucre et l’hyperactivité.
Cela ne signifie cependant pas que les enfants peuvent consommer des quantités infinies de sucre.
L’OMS recommande de ne pas puiser plus de 10 % des calories absorbées sous forme de sucre afin de réduire le risque de surpoids et de caries. Pour un adulte, cela correspond à env. 200 kcal, pour un enfant entre 120 et 160 kcal selon l’âge.

 

Quelques aliments et leur teneur en sucre :
Aliment
PortionTeneur en sucre par portion
Kcal de sucre pour 1 portion
Oursons de gomme20 g9,1 g37
Caramels à la crème15 g11,9 g48
Crème glacée au lait50 g6,6 g26
Sorbet50 g16,1 g64
Éclats de noisettes caramélisés20 g16,3 g65
Chocolat au lait20 g10,8 g43
Miel15 g11 g44
Pâte à tartiner à la noisette et au chocolat15 g8,8 g35
Sucre, 1 cuillère à café5 g 5 g20

Sources :
Müller, S. : Moderne Ernährungsmärchen (Les mythes alimentaires modernes), 2004, Hanovre
Kalorien mundgerecht (Les bouchées adéquates de calories), 1999, Heidelberg
FKE (éditeur) : Empfehlungen für das Mittagessen in Kindertagesstätten und Ganztagesschulen (Recommandations pour les repas de midi dans les crèches et les écoles à plein temps), 2010, Dortmund
Bundeslebensmittelschlüssel (Base de données fédérale allemande des valeurs nutritionnelles des aliments)

Date

15.06.2016